Accueil
Troyes et ses maisons en pans de bois

Secteur sauvegardé

La loi Malraux du 4 août 1962 instaure des secteurs protégés de patrimoine urbain. Troyes sera l'une des premières villes à sauvegarder son centre-ville.
Malgré les ravages provoqués par les guerres dans l'est de la France, Troyes est préservée des démolitions et reste une des principales villes françaises qui témoigne d'un ensemble complet de maisons médiévales en bois. En effet, Troyes présente encore aujourd'hui un ensemble unique de maisons en pans de bois à la fois médiéval dans son esprit et Renaissance dans son style puisque c'est l'incendie de 1524 qui a provoqué une reconstruction massive et homogène des maisons qu'il s'agit désormais de conserver habilement.

C'est le 21 septembre 1964 qu'un secteur sauvegardé est proposé à Troyes.

" Par arrêté du 21 septembre 1964, il est créé sur le territoire de la ville de Troyes un secteur sauvegardé en vue de la protection de son caractère historique et esthétique et de sa restauration immobilière, dans les conditions fixées par la loi du 4 août 1962. "
Il couvre alors 23 hectares de superficie. Par la suite, ce secteur sera étendu à 23 hectares en 1968 et à 52 hectares en 1975. Aujourd'hui, le secteur sauvegardé concerne environ 180 hectares de la ville après un élargissement et une présentation au public du nouveau plan en 2000.
Le secteur sauvegardé n'a en effet pas été opprouvé ni publié par les municipalités de Messieurs Terré et Galley, craignant des contraintes administratives trop importantes. Ce n'est qu'en 2000 grâce à l'impulsion de François Baroin que le secteur à sauvegarder est approuvé à Troyes. La ville dispose désormais d'un cadre législatif pour protéger son patrimoine.

Un Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (P.S.M.V.) du centre ville est donc mis en place afin de préserver ce patrimoine médiéval. Le P.S.M.V. fixe les règles d'architecture, d'urbanisme et d'aménagement applicables au secteur sauvegardé de Troyes, dans les conditions définies par les articles L et R. 313-1 et suivants du Code de l'Urbanisme. Ces dispositions s'imposent aux particuliers comme aux personnes morales, publiques ou privées, et s'appliquent aux constructions nouvelles, à l'entretien, la restauration et la modification intérieure et extérieure des constructions existantes, ainsi qu'à l'aménagement des espaces non bâtis. L'Architecte des Bâtiments de France assure la surveillance générale de tout aménagement, en vue de préserver son caractère esthétique et en particulier de conserver les immeubles qui présentent un intérêt archéologique, historique, architectural ou urbain. Tous travaux ayant pour effet de modifier l'état des immeubles bâtis ou non bâtis sont donc soumis à autorisation subordonnée à l'avis favorable de l'Architecte des Bâtiments de France. Les travaux de restauration se conçoivent immeuble par immeuble, voire façade par façade en fonction de l'époque d'origine de la construction. La restauration nécessite donc des études et des recherches préalables approfondies.
Ce plan de mise en valeur du patrimoine troyen vise à garder un équilibre entre les moyens des propriétaires et l'intérêt de la collectivité. Apparaît ainsi une volonté d'éviter que le cœur de la ville n'appartienne qu'aux plus riches.

En parallèle au P.S.M.V., la ville a lancé une Opération d'Amélioration de l'Habitat (OPAH) visant à aider financièrement les propriétaires de logements en secteur sauvegardé voulant rénover leur maison. L'objectif premier de l'OPAH est de résoudre le problème des logements vacants encore insalubres et de les réhabiliter. 700 logements environ sont aujourd'hui concernés par cette réhabilitation. Le second objectif de l'OPAH est la mise en valeur du patrimoine, un critère incontournable dans une ville comme Troyes.

La ville de Troyes instaure ainsi une véritable politique d'aménagement autour de trois objectifs principaux :

- le Bouchon de Champagne doit conserver son véritable rôle de centre-ville
- lutter contre la vacance des logements
- requalifier l'image du Bouchon en matière de restauration et de construction, d'amélioration de l'environnement et d'aménagement urbain.
Pour ce faire, la commune lance les plans de Requalification Urbaine.

Haut de page